ROUFFAER.ch   |     home
                                                  
Politique: Jongny

Jongny:



12.3.2015 : La Municipalité de Jongny soumet au vote et obtient du Conseil le lancement d'un projet immobilier au budget dispendieux.

La Municipalité a présenté au Conseil Communal les préavis 1/2015 et 2/2015, qui prévoient l'étude, pour plus de un million de CHF, de deux projets de construction d'immeubles locatifs au bénéfice des caisses communales. Le but visé par la Municipalité est de proposer des logements à loyer modéré aux personnes âgés et aux jeunes (« ...afin de soutenir une politique de logements pour les habitants de Jongny, en particulier les jeunes et les personnes âgées à la recherche d'appartements à loyers abordables... » 1 et 2/2015) Les trois immeubles (61 ou 62 pièces, 5076 m3) concernés devront être construits sur quatre parcelles (18, 19, 20, 21), propriétés de la Commune. Le budget prévu pour l'érection de ces trois bâtiments est de 8 millions de CHF. La Municipalité n'a pas jugé utile de présenter au Conseil un plan financier exposant les coûts totaux et les bénéfices espérés de cette entreprise. La Municipalité se lance pourtant dans un business très particulier, celui de l'immobilier, qui réclame prudence et expérience. Nous ne sommes plus là dans le domaine d'activité habituel d'une administration communale. Les tentatives de rentabilisation du refuge communal, toujours aléatoires, auraient du attirer l'attention sur les difficultés d'une telle entreprise. Ayant échoué avec les 800 000 CHF du refuge, la Municipalité a donc pris la décision de réessayer, cette fois avec 8 040 000 CHF.  

A ces 8 millions de CHF doit être ajouté le prix des terrains, soit, au prix actuel du marché, 3.2 millions CHF.

Le calcul de rentabilité, à l'origine effectué par une personne très compétente, donne, dans une version simplifiée, ce qui suit :
8 millions + 1.6 million (20% de dépassement probable : rochers, malfaçons, erreurs...) + 3.2 millions de terrains = 12.8 millions de dépenses totales. Loyer de l'argent (hypothèques et rendement du capital propre) à 3%, amortissement à 2% sur 50 ans et charges immobilières de 1% sur le coût de construction seulement, soit au total 5% = 640 000 CHF par an. Ou 53 333 CHF par mois. Divisé par 61 pièces = 874.30 CHF/mois/pièce. Le loyer mensuel d'un appartement de trois pièces et demi sera donc de 3060 CHF au minimum, sauf à faire prendre en charge une part des loyers par les contribuables de la commune. Et, à ce niveau, sans bénéfice pour les caisses communales. Selon le Service des Communes et du Logement de l’Etat de Vaud, les "loyers abordables" pour la classe moyenne se situent à 430 CHF la pièce par mois. Pour des logements de 3,5 pièces cela donne environ        1505 CHF par mois. Soit la moitié du loyer prévu par la Municipalité. Le but recherché (« ... soutenir une politique de logements pour les habitants de Jongny, en particulier les jeunes et les personnes âgées à la recherche d'appartements à loyers abordables... ») sera donc raté.
Si la Municipalité veut des appartements à loyer modérés (préavis 1 et 2/2015),  reste la solution, ordinairement choisie par les Communes, consistant à céder l'usage du terrain pour 100 ans (après quoi la commune récupère le terrain) (DDP, ou « droit distinct et permanent ») à une coopérative (les gens s'associent pour bâtir et habiter) ou à un promoteur, mais avec droit de regard de la commune sur le niveau des loyers (ce qui contraint le promoteur à construire de manière économique, utilisant ainsi au mieux ses compétences et son expérience).
Après une longue suite de questions, pendant laquelle notre Syndique n'a brillé ni par son aménité ni par sa maîtrise des chiffres, le Conseil  a décidé d'approuver les crédits d'étude de plus d'un millions de CHF (25 oui, 6 non, 7 abstentions), suivant en cela le Municipal Sansonnens qui exhortait le Conseil à payer d'abord  pour savoir ensuite...
J'ai voté non.
Bernard Antoine Rouffaer    Conseiller     16.3.2015


Les finances jongnyssoises ?  Parmi les pires de l'Est vaudois... « Le Régional » 1.7.2015
Je le déplore. Et ce n'est pas le projet immobilier à 12 millions de CHF, imaginé par ceux qui ne parvienent pas à rentabiliser un refuge forestier, qui nous sauvera.            

Ma lettre de lecteur au journal "Le Régional" (publiée dans le numero 765), en guise de suite au dossier du journal sur les finances des communes de l'Est Vaudois.     
Bernard Antoine Rouffaer         1.8.2015




Lundi 24 novembre.
Rencontre de la délégation du Bureau du Conseil, dont moi, avec la Municipalité, et la secrétaire communale. Questions techniques. Ambiance légèrement tendue. Pas même un verre d'eau. Syndique particulièrement raide.
BAR


Bonne volonté:
C'est avec plaisir que j'ai entendu Madame Sandra Panchard, présidente du Conseil, lire, au cours de la séance du 29 octobre dernier, le texte de la dernière intervention de Monsieur Taverney. Cette lecture, la seconde au Conseil communal, compensait l'absence de résumé de ladite intervention dans le procès-verbal de la séance de juin. J'ai pris cette lecture pour ce qu'elle est, soit comme une marque de bonne volonté et une manifestation d'équité politique. J'ai donc renoncé, alors, à ma propre intervention.
Bernard Antoine Rouffaer     5.11.2014


Innovation:
Un mauvais climat s'installe. Des comportements nouveaux font leur apparition. Je crois nécessaire de rappeler aux amateurs d'innovation comportementale un certain article du code pénal suisse.
« Code Pénal,  article 181
Contrainte
Celui qui, en usant de violence envers une personne ou en la menaçant d'un dommage sérieux, ou en l'entravant de quelque autre manière dans sa liberté d'action, l'aura obligée à faire, à ne pas faire ou à laisser faire un acte sera puni d'une peine privative de liberté de trois ans au plus ou d'une peine pécuniaire. »
Bernard Antoine Rouffaer     26.10.2014






Précision :
Tout engagement pris en mon nom par quiconque sur quelque sujet que ce soit est sans valeur si il n'est pas confirmé par un  email émanant de mon adresse habituelle (arcesilas@hotmail.com) ou par une prise de position placée sur mon site web personnel (www.rouffaer.ch).     
Bernard Antoine Rouffaer       23.10.2014