ROUFFAER.ch    |     home
                                                  
Politique internationale


La Grèce menacée d'expulsion de la zone Schengen         

Après les affres de la crise financière, les conditions humiliantes de l'UE, les difficiles tentatives de réforme de lÉtat grec, la chute du niveau de vie de ses populations, la lutte infructueuse contre les fraudeurs fiscaux, l'arrivée massive de réfugiés sur ses côtes, voici, pour la Grèce, les menaces d'expulsion de la zone Schengen. Le long cauchemar européen se poursuit.       BAR    4.12.2015
Commentaire du bon connaisseur de la relation Grèce-Allemagne qu'est Romaric Godin.
Selon lui et le Financial Times britannique l'Allemagne- toujours elle serait à l'origine de ces menaces : « Selon le FT, citant un « ambassadeur anonyme », ce sont les « Allemands » qui sont « furieux. » Rien d'étonnant à cela. Angela Merkel est clairement dépassée par les événements. Sa politique d'ouverture des frontières a provoqué une vive réaction dans l'opinion et dans son propre parti. Le parti xénophobe AfD est désormais donné entre 8 % et 10 % des intentions de vote et gagne des voix sur les conservateurs.  ... L'Allemagne pourrait alors être tentée de lancer une offensive médiatique contre la Grèce. Ceci permettrait de dissimuler la responsabilité de la Turquie et de détourner le mécontentement de la population allemande vers un peuple qui n'a déjà pas vraiment bonne presse outre-Rhin. »
http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/pourquoi-l-europe-menace-la-grece-d-une-expulsion-de-schengen-532553.html



QUESTION MIGRATOIRE, DES REPONSES POUR L'AVENIR DE L'EUROPE


1. ETAT DES LIEUX.

Population de l'Union européenne (2015) : 508 millions d'habitants.
Population du cur industriel de l'Europe, attractif pour les migrants et réfugiés (Autriche, Suisse, Allemagne, Pays-Bas, Belgique, Suède, Norvège, Finlande) : 144 millions d'habitants.
Réfugiés syriens (hors du pays) : 4,3 millions (UNHCR).
Franchissement des frontières sud de l'Union européenne par des migrants et réfugiés depuis le début de l'année 2015 : 500 000 personnes entre janvier et août 2015 (FRONTEX).
Répartition dans l'UE (+ Suisse) de 4 millions de réfugiés et migrants (Syriens et non-syriens): 7752/million (Suisse 8,1 millions d'habitants - : 62 791 migrants et réfugiés).
Répartition dans le cur industriel de l'Europe (dont Suisse) de 4 millions de réfugiés et migrants (Syriens et non-syriens): 27 777/million (Suisse : 224 993).



2. ETAT DEMOGRAPHIQUE ET PREVISIONS POUR L'AFRIQUE ET L'ARC DE CRISE

Population africaine en 2000 : 1200 millions d'habitants. Prévision (ESA.UN) pour 2050 : 2000 millions d'habitants. Cette population comportera une proportion considérable de jeunes.
Source :

« LAfrique compte actuellement 1,2 milliard d'habitants, soit 16 % de la population mondiale. Ce chiffre devrait atteindre 4,2 milliards à la fin du siècle. »
Source :
« Démographie : le 21e siècle sera-t-il africain ? », Damien Glez, « Jeune Afrique »  13.8.2014

2050 : « Pendant que la Chine perdra 150 millions d'actifs,  l'Europe  96 millions, l'Afrique, elle, en gagnera plus de 900 millions. »
Source :
 L'Afrique en pleine croissance économique et démographique »,  D. Baillard, 26.5.2015, www.rfi.fr

Populations de l'Arc de Crise (du Maroc au Bangladesh ; Inde, Afrique noire et Éthiopie exclues) : 720 millions d'habitants. L'étude des pyramides des âges des populations de ces différents pays indique, en moyenne, une population jeune à très jeune.
Sources :


3. AFFAIBLISSEMENT DEMOGRAPHIQUE EN EUROPE

La population européenne vieillit. C'est une réalité statistique. Renouveler une population nécessite un taux de fécondité par femme de 2,1 (enfants par femme). « Pratiquement tous les pays industrialisés suivent le même chemin (Taux de natalité par femme, Italie 1,4 ; Japon 1,4 ; Suisse : 1,5 ;  France 2,0) . Et ils sont suivis de près par certains pays émergents, comme le Brésil (1,8), l'Iran (1,9), la Turquie (2,0) »
Sources :
« Une voie suisse, contribution au programme politique des Indépendants vaudois », B. A. Rouffaer, A-Eurysthée, 2015, page 95

Suisse : «  ...  Aujourd'hui, on compte 29 personnes de 65 ans ou plus pour 100 personnes entre 20 et 64 ans, alors qu'au début du 20e siècle, on en comptait seulement 11. »
Sources :
« Une voie suisse, contribution au programme politique des Indépendants vaudois », B. A. Rouffaer, A-Eurysthée, 2015, page 97

La population originelle de l'Europe va donc décroître.


4. PROBLEMES DE FRONTIERES, DE GEOGRAPHIE, DE ROUTES MIGRATOIRES...

70 ans de paix en Europe ont réduit la notion de frontière à sa plus simple expression : un tracé sur une carte. La création de la zone Schengen, dans le sein et autour de l'Union européenne, en instaurant la libre circulation des hommes et des capitaux, a amplifié le phénomène.
Les progrès de l'éducation, des méthodes de communication, ont permis de dissiper la brume d'incertitude qui handicapait le voyageur ou le migrant. Voies d'accès, dangers potentiels, formalités, obstacles, tout est désormais connu. La mer même, malgré son immensité, ne constitue plus un obstacle.
L'Europe est donc en contact direct avec tout l'Arc de Crise, du Maroc au Bangladesh ; par le Sahara, qui ne constitue plus un obstacle, avec toute l'Afrique subsaharienne.  À cette Europe, on accède désormais par la Méditerranée, par l'Atlantique, les Balkans, la péninsule de Kola, sans obstacles.
Source :

L'Europe est donc accolée à un monde en mouvement, instable, perpétuellement agité par des crises politiques, idéologiques, démographiques, économiques, culturelles... Il n'est qu'à faire la liste de toutes les crises politiques et militaires qui ont secoué le seul monde arabe depuis 1946 pour s'en convaincre.



5. PERSPECTIVES ECONOMIQUES POUR L'EUROPE. QUELLE PLACE POUR CETTE MIGRATION ?

L'Europe a-t-elle besoin d'un surcroît de main duvre ? Sa situation économique est-elle à ce point florissante qu'elle puisse envisager d'intégrer, dans l'heureux courant d'un développement accéléré et joyeux, une masse de travailleurs nouveaux ? Sans doute pas. Les statistiques du chômage, sur le continent, et spécialement celles concernant les jeunes, sont sans équivoque. (Allemagne : 4,8 % ; Autriche : 4,9 % ; Pologne : 8 % ; Bulgarie : 10,9 % ; Espagne : 23,7 % ; Grèce : 27,5 % ; moyenne pour l'UE à 28 pays : 9,9 %)
Sources :

Un autre facteur pèsera sur l'intégration des migrants : le développement de la robotisation, industrielle et domestique. Ces machines, de plus en plus opérationnelles et intelligentes, remplaceront progressivement les travailleurs peu qualifiés. Service à la personne, service hôtelier, travail sur les chaînes de montage, nettoyage, le robot, sous toutes ses formes, est en train de concurrencer l'humain. Particulièrement l'humain peu éduqué. On parle de 30 % des emplois humains menacés.
Sources :

Non seulement les emplois humains peu qualifiés seront menacés par des robots, mais l'Europe, comme tous les territoires anciennement industrialisés, connaît, depuis 30 ans, un phénomène de désindustrialisation presque continu. L'un des grands enseignements de la crise de 2008 est que seuls des emplois industriels, en grande quantité, permettent de maintenir le niveau des salaires. Le secteur tertiaire, grand employeur de main duvre, n'y peut parvenir. Et c'est un tandem robot-ingénieur que l'on doit envisager quand on parle de l'industrie de demain.
Les migrants et réfugiés sont-ils suffisamment qualifiés pour échapper au duo crise-robotisation ? Peut-être pas. Parmi les réfugiés syriens parvenus en Allemagne, seuls 6 % auraient un niveau de qualification tertiaire. Le taux d'analphabétisme chez les réfugiés et migrants serait de 4 % chez les Irakiens, 18 % chez les Syriens, 34 % chez les Nigérians et 53 % chez les Afghans.
Source :



6. DES SOLUTIONS ACCEPTABLES POUR L'EUROPE, L'AFRIQUE ET LE MOYEN-ORIENT.

Lorsqu'on est confronté à une poussée de grande ampleur, non-désirée, quelle que soit sa nature, il faut la ralentir, la resserrer, affaiblir la source de cette poussée, puis, celle-ci étant affaiblie, s'occuper de sa pointe avancée.
De manière désordonnée, chaotique, spontanée, une partie de ce programme est mis en application en Europe. Un grand nombre de frontières se sont déjà fermées dans les Balkans, et même en Allemagne, épicentre de l'attractivité migratoire. Le flux en est donc quelque peu ralentit. L'UE semble avoir la volonté de déployer une force navale active en face des eaux libyennes. Cela ne débouchera sans doute pas sur la destruction, à quai, des embarcations des passeurs, tel que pendant l'intervention occidentale contre le régime de Kadhafi, en 2011, mais c'est un pas dans la bonne direction.  À terme, cela coupera l'une des voies d'acheminement.

Comment affaiblir la source de cette poussée ? Il y a trois choses à faire . D'abord, rétablir un ordre civilisé en Syrie et en Irak. Et, en attendant, améliorer considérablement les conditions de vie dans les camps de réfugiés de la région. Deuxièmement, prévenir un éclatement de même nature au Pakistan, en Afghanistan, en Égypte, en Algérie. La troisième action à entreprendre est d'une nature nouvelle. La cause de la migration de nombreuses populations jeunes est l'état de désespérance sociale dans laquelle elles vivent : pas de travail, pas de liberté politique, peu de culture, une certaine misère sexuelle, peu d'espoir. Ces masses migrantes, jeunes, représentent une force de travail considérable. Des capitaux existent, qui cherchent à s'investir dans des pays à bas coûts de main duvre. Comment les faire se réunir ? Ils ne se rejoindront pas en Afrique noire, ni au Proche-Orient. Trop de corruption, trop d'instabilité politique, trop de menaces sur la sécurité des personnes. On ne réussira pas en appliquant les vieilles  méthodes du développement en usage depuis la période post-coloniale. Il va falloir entièrement revoir notre approche du problème.
Devrons se créer des centres de développement, proches de la source de main duvre, mais en dehors des territoires où sévissent corruption endémique, terrorisme, xénophobie, fanatisme religieux, sous-développement général, faiblesse des infrastructures.

Lorsqu'on aura fait ce qui est nécessaire, ce que l'on aurait dû faire depuis longtemps, il deviendra plus aisé de s'occuper de la part des réfugiés qui comptent parmi les plus vulnérables : femmes, enfants, familles pauvres, minoritaires persécutés.
Là se trouve la seule issue à notre problème.



7. QUELLES CONSEQUENCES EN CAS D'ECHEC?

Si l'intégration sociale, économique et culturelle des nouveaux migrants et réfugiés, très majoritairement musulmans, devait échouer, le malaise engendré chez leurs descendants risque de donner des fruits amers. L'Europe va se trouver confrontée à la montée de deux extrêmes : les groupes salafistes, et leurs pratiques prosélytes et terroristes ; la montée électorale et culturelle des formations politiques de la droite dure et de l'extrême-droite. Ces deux forces provoqueront désordres et effusions de sang. Leur progression marquera la défaite politique, culturelle et idéologique de la droite libérale et de la gauche sociale, maîtresses du jeu politique, médiatique et culturel depuis 1945. Il n'est pas certain qu'il s'agisse là d'une bonne nouvelle.


Bernard Antoine Rouffaer           8.10.2015


PS : D'ici six mois, je publierai un exposé plus consistant sur ce que j'entends par « Devrons se créer des centres de développement, proches de la source de main duvre, mais en dehors des territoires où sévissent corruption endémique, terrorisme, xénophobie, fanatisme religieux, sous-développement général, faiblesse des infrastructures. »



La France vend les deux Mistral, originellement destinés à la Russie, à l'Egypte.

LÉgypte n'est pas réductible à son alliance (momentanée) avec l'Arabie Saoudite. Faut-il rappeler que ces deux puissances ont été en conflit quasi ouvert pendant la période nasserienne? Je suppose que lÉgypte, équipée de ces deux Mistral, pourra négocier fort cher aux États pétroliers d'Arabie son aide ou sa protection dans toute la Mer rouge, le long des côtes du Yémen, d'Oman, dans le détroit d'Ormuz... Sans oublier les côtes somaliennes, source de piraterie. Et si lÉgypte doit intervenir en Libye, elle pourra aussi le faire efficacement par mer, et non plus seulement, par terre, le long de sa frontière ouest. LÉgypte dispose d'une armée expérimentée et fiable dont elle peut tirer parti. Ce n'est pas le cas de l'Arabie Saoudite, du Qatar, des UAE, ... Ces derniers sont riches, menacés, faibles, ... et peuvent désormais moins compter sur l'aide des USA.
Bernard Antoine Rouffaer        23.9.2015

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/l-egypte-achete-les-deux-mistral-non-livres-a-la-russie-507648.html

Politique internationale:

Guerre en Syrie et migrations : deux groupes de chiffres pour saisir l'étendue des problèmes.

430 000 migrants ont traversé la Méditerranée depuis janvier 2015. 2750 y ont perdu la vie. Source : AFP  12.9.2015

Selon le général français Vincent Desportes un engagement militaire au sol destiné à détruire l'Etat islamique en Syrie et en Irak devrait mettre en oeuvre 100 000 combattants, prendra 18 mois, entraîner des centaines de victimes militaires occidentales et coûter 27 milliards d'euro.
Source : « Faut-il faire la guerre en Syrie »,  « C'est dans l'air »,  11.9.2015

Bernard Antoine Rouffaer                12.9.2015


La nouvelle politique frontalière de la Hongrie de Victor Orban : propagande pour les vues et méthodes de la droite dure en Europe ?

La Hongrie vient d'achever de clôturer sa frontière avec la Serbie à l'aide d'une barrière de barbelés. Les migrants et réfugiés qui remontent vers la zone Schengen par le territoire serbe, doivent désormais la franchir de force, ou se laisser appréhender par la police et les gardes-frontières hongrois. Immatriculés en Hongrie, pays qui n'accorde que peu le droit d'asile, les migrants ne pourront pas déposer de nouvelles demandes de ce type dans un autre pays européen.
L'UE ne sait que faire face à cette crise migratoire. Bruxelles, comme les différents gouvernements qui concourent à sa direction, se renvoient le problème comme s'il s'agissait d'une patate chaude. On entend, ici et là, des critiques sur le manque de solidarité des voisins, des promesses d'aide économique, de vagues débuts de réflexions sur l'échec de l'aide au développement en Afrique, des affirmations creuses sur la nécessité de réfléchir à la résolution du problème syrien, des appels à l'humanité, des mises en garde des services de renseignements sur le danger potentiels représenté par certains de ces nouveaux immigrés, des interrogations sur la situation économique dans l'UE et sur sa capacité à absorber des gens sans diplômes reconnus... Tout et rien. Et pendant ce temps, Victor Orban, chef du parti de droite Fidesz, allié à l'extrême droite hongroise du parti Jobbik, fait verrouiller sa frontière, fait donner sa police, et semble le seul Europe à contenter ceux qui pensent que des gens qui franchissent toutes les frontières, s'allient avec toutes les mafias, contournent tous les obstacles légaux, ne doivent pas être les seuls à donner la mesure du droit en Europe.
Cela constitue une propagande redoutable en faveur de ceux qui pensent que seule la droite dure aura l'énergie nécessaire pour faire face au quart de siècle de migrations sud-nord qui attend l'Europe. C'est une mauvaise nouvelle pour le libéralisme, sous toutes ses formes.

Bernard Antoine Rouffaer                  31.8.2015



Un point de vue américain sur la crise de la dette entre la Grèce et l'Union Européenne.         BAR
« How Greece Could Force Germany Off The Euro »
Par Michael Sacerdote (Seeking Alpha)    
« Subsequent discussions between Greece and the members of the Troika have been variations on one of two options: (1) Greece explicitly defaults on its payments (be they the $1.7 billion due to the IMF on June 30th or the 3.5 billion euros due to the ECB on July 20th); or (2) the current bailout is extended, 7 billion euros are given to the Greeks and then used for repayments to the creditors.  ...   Greece's impossible payments expected through the year 2057 are just that-impossible.  ...  A violent Greek exit from the Euro is quite unlikely, even in the event of a default.  ...  A failure to build friendship with Tsipras is an assurance of total loss on loans to Greece.  ...  The individual Greek banks show every sign of being zombie banks. A cursory glance at, for example, National Bank of Greece (NYSE:NBG) indicates an institution in distress: poor specification of assets and liabilities, giant portfolios of delinquent loans with unrealistic write-downs, fuzzy marking to market, Greek sovereign debt on the balance sheet.  ...
Allowing Greece to use the decentralized production of money to monetize its debt was actively discussed in 2012.  ... The governors of the ECB would have absolutely no recourse if the Bank of Greece were to create some extra liquidity, especially since one of SYRIZA's first actions after election was to cease cooperating with the Troika's auditors.  ...  Decisive action is as tardy as it is rare in Europe. In the short term, Greece will default and stay in the Euro. In the much longer term, the folly of pegging the drachma to the deutsche mark will be exposed, the euro will fragment, and the European economies will all benefit from the natural equilibrating forces of functioning markets.  »



« L'Occident "pas étranger" à l'expansion de l'EI, accuse le cheikh d'al-Azhar »
Interview L'Orient-Le jour /AFP    16.6.2015

Commentaire:
"L'EI "s'est développé trop vite, a-t-il poursuivi. Ce développement requiert des capitaux énormes. D'où viennent ces sommes d'argent?" dit le cheikh. Qui pense comme un bureaucrate. Le seul investissement de base nécessaire a été trois douzaines de kalashnikovs. Qui ont servi à prendre un dépôt d'armes de l'armée syrienne dans le cadre de la rébellion populaire contre le régime baathiste. Ce sont les armes qui coûtent cher. Ce ne sont pas les pains pitas, et le fromage de chèvre, pour nourrir les combattants qui représentent un problème. Les véhicules sont confisqués aux ennemis politiques, aux "mécréants" ou aux administrations civiles. Une fois en possession d'un stock d'arme, on peut commencer à contrôler un territoire, lever des impôts et des taxes sur les civils, confisquer des bâtiments, attirer de nouveaux volontaires, prendre d'autres véhicules, et d'autres dépôts d'armes, prendre des otages occidentaux et locaux et les rançonner, ...etc Comme n'importe quel groupe de guérilla. Ou n'importe quelle mafia...

« Si l'ordre mondial, autrement dit l'Amérique et le monde, avaient voulu aider la coopération arabe à démanteler l'EI et ses surs et ses filles, ils auraient pu le faire en un seul jour", a estimé le cheikh. "L'ordre mondial veut le chaos, il semble qu'il ait l'intention de fragmenter notre région, et l'EI est un instrument très efficace. » dit le cheikh.
L'Orient arabo-musulman n'a pas besoin de l'Occident pour être divisé et conflictuel. Depuis 1300 ans, la rivalité sunnite-chiite, depuis 1200 ans la tension entre pouvoir arabe syrien et arabe irakien, depuis 1000 ans, la rivalité druse-sunnite, depuis 800 ans l'antagonisme entre pouvoir militaire et société civile musulmane (Mamelouks bahrites), depuis 200 ans l'antagonisme entre rénovateur de l'islam et tenants de la Tradition (Tanzimat), depuis 200 ans aussi la concurrence entre wahabites et sunnites non-wahabites, depuis 100 ans, le conflit entre militaires baathistes ou nassériens et les tenants de l'islam traditionnel, divisent la région. Ce sont ces lignes de fractures, anciennes, qui sont à l'origine de la crise actuelle.                        Bernard Antoine Rouffaer    16.6.2015


Le Pape, la Turquie et le génocide arménien.

« Citant un document, signé en 2001 par le pape Jean Paul II et le patriarche des Arméniens, François a qualifié les massacres des Arméniens de «premier génocide du XXe siècle».
Au vue du soutient turc à la liquidation des antiques communautés chrétiennes en Syrie et en Irak, François a décidé de cesser de prendre des gants avec Ankara. Il ne risque plus grand-chose : les populations chrétiennes en République de Turquie sont réduites à presque rien depuis les campagnes nationalistes de la période kémaliste (100 000 personnes sur 74 millions d'habitants). En outre, une idée montante dans les milieux proches de l'OTAN, est qu'il est désormais temps de punir la Turquie pour son soutient à l'Etat Islamique en Irak et en Syrie.
Bernard Antoine Rouffaer              13.4.2015


Islamisme armé: 20 ans d'assauts terroristes?

Post anxiogène du jour : après les 21 morts et 44 blessés de Tunis, les 142 morts et 300 blessés de Sanaa (deux opérations revendiquées par l'Etat islamique), la découverte de 100 corps décapités dans une fosse commune au nord du Nigéria, près de Damasak, contenant des victimes de Boko Haram, voici la conférence de presse de Manuel Valls consacrée à la nouvelle loi française sur le renseignement (19.3.2015).
 En résumé : Chiffres inquiétants quant à l'ampleur de la menace terroriste.
« ...le monde a changé, plus rien n'est comme avant... »
« ...en janvier : Paris, en février : Copenhague, en mars : Bamako, en 2014, Bruxelles, Sydney et Ottawa. »
« ...menace terroriste à un niveau sans précédent... »
France : 1900 personnes « ...recensés en lien avec le terrorisme... », 1450 en lien avec la Syrie et l'Irak, 770 ont été sur place, 420 sont toujours sur place, 89 y ont été tuées.
« Environ 1200 profils menaçant [en France] qui propagent sur internet des vidéos ou des films en soutient au terrorisme. »
« ...le phénomène affecte tous les pays et il n'est enrayé nul part. »
«  Au niveau européen, le nombre de combattants qui rejoignent les groupes terroristes » atteindra 5000 « ...avant l'été, peut être 10 000 avant la fin de l'année. »
Et plusieurs milliers en Tunisie.

Pierre Servent, spécialiste français en question de défense, au cours de l'émission « 5 sur 5 », du 18.3.2015 : la situation sécuritaire actuelle durera
une décennie ou deux, « peut-être plus ».

Bernard Antoine Rouffaer          22.3.2015




Destruction de Hatra : Le ministre irakien du Tourisme et des Antiquités dénonce la « très lente réaction » de la coalition militaire internationale.  Euronews  9.3.2015
On se demande en effet ce qu'attendent les aviateurs alliés pour intervenir autour des irremplaçables sites archéologique du Haut Irak. Croient-ils que les bulldozers des islamistes sont à l'épreuve de leurs missiles ?  Que les vandales se rendent sur les sites à pied ou en auto-stop ? Qu'ils sont insensibles à l'action de mines anti-personnels ? Le fait d'être général d'aviation occidental implique t-il obligatoirement d'être inculte et sourd aux exigences de l'Histoire? Le passif culturel des Anglo-saxons en Irak, berceau historique de l'humanité, est déjà très lourd. Faut-il qu'il pèse plus encore ?  Faut-il que les déprédations qu'ils ont laissé commettre atteigne un niveau tel qu'il donne la nausée aux hommes de culture ? Faut-il désigner Londres et Washington comme les nouvelles résidences des Huns ?  
Bernard Antoine Rouffaer             9.3.2015

« On Sunday Iraqi Tourism and Antiquities Minister Adel Shirshab said the US-led coalition air strikes could defend the cultural heritage of the country.
Our airspace is not in our hands. Its in their hands, he told reporters in Baghdad. I am calling on the international community and coalition to activate its air strikes and target terrorism wherever it exists. »
http://rt.com/news/238833-isis-destroy-city-iraq/



Tragédie pour les études assyriennes...
Tragédie pour les études assyriennes, pour la culture mondiale et pour le patrimoine national irakien. Létat islamique a ordonné la destruction d'antiques statues et bas-reliefs, vieux de 3000 ans, pour lesquels n'existent plus guère, en fait d'adorateurs, que les spécialistes en assyriologie, les touristes et les amateurs d'art... Une part irremplaçable du passé de la région est engloutit à jamais dans les flots noirs de la bêtise, de la haine, de l'ignorance crasse et de l'arrogance. Les partisans de lÉtat islamique reproduisent, au XXIe siècle, le geste de Mahomet détruisant les effigies des dieux rivaux dans le sanctuaire de la Kaaba, après la capitulation de La Mecque. Et celle des conquérants arabes de lÉgypte, au 7e siècle, détruisant le contenu de la bibliothèque d'Alexandrie, tombé entre leurs mains après le retrait de l'armée et de l'administration byzantine. Ou celui des conquérants arabes du Khwarezm, quelques années plus tard, brûlant les livres et rouleaux, mémoires des populations locales, pour mieux les asservir. Ou celui des envahisseurs turcs et afghans de l'Inde, musulmans en jihad, rasant des centaines de temples hindous, jaïns et bouddhistes dans la vallée du Gange, peu après l'an mille... Anéantissement culturel prélude à un nettoyage des cerveaux, lequel étant une condition essentielle à la soumission de peuples entiers aux doctrines mahométanes.
Les pratiques d'hier ressurgissent : Kaboul, Tombouctou, Mossoul, Alep, Bamyan,... Il y a eu, en peu d'années, tant de saccages de sites archéologiques et de destructions de bibliothèques de la part des salafistes que la question de la mise sous protection - et l'expatriation momentanée - des collections archéologiques par l'ONU doit maintenant se poser. Le problème a désormais l'ampleur de la menace de submersion des sites de Haute Égypte (Abu Simbel, Phylae) par les eaux du lac Nasser. Les organisations internationales doivent réagir.
Bernard Antoine Rouffaer              1.3.2015

http://www.lalibre.be/actu/international/l-etat-islamique-saccage-des-vestiges-archeologiques-photos-54ef093a35707e3e9394ccd1
https://www.facebook.com/video.php?v=10152755619256939&fref=nf
http://hist.science.free.fr/conferences/confer1/TANK/LaBibliothequedAlexandrie.htm
http://fr.wikipedia.org/wiki/Conqu%C3%AAtes_musulmanes_des_Indes


« Russie: l'opposant Boris Nemtsov assassiné en plein Moscou »
L'assassinat de l'opposant libéral Boris Nemtsov, à peu de distance du Kremlin, indique que la violence déchaînée par le régime Poutine contre l'Ukraine, d'abord en Crimée, puis dans le Donbass, est en train de pénétrer ce qui reste de la vie politique du pays. Le maître du Kremlin, à force de jouer avec le feu, est en train de faire prendre leur essor à des forces qu'il ne contrôlera bientôt plus. Que restera t-il de la Russie, de son prestige, de sa prospérité et de son territoire, quand la tempête qui se lève se sera calmée? Nul ne peut le dire.
Bernard Antoine Rouffaer     28.2.2014
En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/l-opposant-boris-nemtsov-assassine-en-plein-moscou_1656451.html#pkyK7TEqy1c9u9gt.99


Europe, Proche-Orient, même combat...

Le Liban au prise avec les groupes armées sunnites radicaux venus de Syrie et semant leurs métastases dans le pays. Ersal est un petite bourg sunnite libanais, à la frontière syrienne, à 124 km de Beyrouth, qui a accueillit de très nombreux réfugiés syriens. D'abord sous contrôle, la situation a échappé complètement aux autorités libanaises, ce qui a conduit l'armée nationale à se déployer dans la zone, mettant en fuite les éléments armés sunnites qui s'en étaient rendu maître. Un certain nombre de soldats libanais étant tombés aux mains de jihadistes sunnites, s'est engagée une suite de tractations visant à organiser un échange avec des prisonniers sunnites radicaux capturés par les autorités libanaises dans la ville de Tripoli, à Nahr el-Bared, en 2008, combattants radicaux pris à la suite de violents combats avec l'armée.
L'article de Fady Noun (L'Orient-Le Jour) met bien en évidence la difficulté qu'il y a pour un État de droit à traiter avec des bandes armées. De même que la difficulté que l'on rencontre à détenir des prisonniers islamistes, ces derniers ayant finit, dans la prison de Roumieh, par faire de leur lieu d'emprisonnement un fief jihadiste autogéré. Europe, Proche-Orient, même combat...    
Bernard Antoine Rouffaer          20.2.2015       
http://www.lorientlejour.com/article/903685/la-guerre-defensive-contre-le-fondamentalisme-terroriste-sunnite.html



Islam et Occident : une expérience inédite.

L'attentat meurtrier qui presque détruit la rédaction de « Charlie Hebdo » est un acte dirigé contre la culture et la libre expression en Europe. Depuis XVIIIe siècle, sur ce continent, avec l'affaiblissement du christianisme, est apparue la nécessité de fonder, au moins partiellement, la religiosité des nations sur une base nouvelle. C'est ainsi qu'est apparue, en France comme dans d'autres pays, une sorte de religion civique de remplacement, basée sur une éthique de comportement, celle de « l'honnête homme », une forme de culte rendu à des idéaux fédérateurs : la Nation, la Patrie, le Droit, la Justice, le Progrès - formes modernisées des incarnations divinisées du paganisme -, sur la croyance dans le progrès humain, la Démocratie, et dans la Culture. L'attentat qui frappé « Charlie Hebdo » a frappé de plein fouet cette religion civique. Il constitue, en fait, un acte blasphématoire.
 Toujours, depuis le haut moyen-âge, en Europe franque, en Éthiopie, à Byzance, théologiens, princes et plaisantins ont brocardée Mahomet et sa prédication. De même, de l'autre côté de la Méditerranée, docteurs de la foi musulmane, émirs et « gens du ribât » ont brocardé les évangiles et les pratiques des églises chrétiennes. C'était la règle, bien plus que l'exception. La satire à l'encontre « des autres » pouvait se pratiquer sans conséquences graves et immédiates.
Tel n'est plus les cas aujourd'hui. Les mouvements de populations ont amené la constitution en Europe, en Australie, aux USA, de fortes communautés musulmanes, placées sur un pied d'égalité juridique avec les anciens occupants du pays, au sein dÉtats modernes. Cette situation est nouvelle. Il a existé, par le passé, une cohabitation entre islam et christianisme, ou hindouisme, ou bouddhisme, en Sicile, en Espagne, en Syrie, en Inde, mais pas à égalité de conditions. Les uns dominaient les autres. La caricature était autorisé aux uns, pas aux autres, sous peine de sanctions redoutables.
Donc comme toute expérience nouvelle, nous découvrons, laborieusement, douloureusement, les effets de ce côtoiement inédit. Nous somme en train de vivre un moment historique : se découvre à nous, lentement, la réponse à la question de savoir si des idéologies religieuses fermées sont susceptibles d'autoriser la naissance d'une société harmonieuse. Ou si, comme au Liban, comme en Syrie, le fait de placer l'une à côté de l'autre une population musulmane et une autre non-musulmane n'apporte que de longs intervalles entre deux épisodes violents.  
Bernard Antoine Rouffaer                    18.1.2015



Affrontement Grèce-Allemagne et destin de la zone euro.
Deux articles de Romaric Godin.
BAR    8.2.2015

« En effet, si la BCE met ses menaces à exécution et que la Grèce sorte de la zone euro, la pierre de touche de la politique européenne s'effondre : l'irréversibilité de l'euro.  ...  Deuxième conséquence d'une « éjection » de la Grèce par la BCE : les partis « souverainistes » verraient leur hypothèse de base, la sortie de l'euro, validée comme possible.  ... Surtout, une sortie de la zone euro de la Grèce serait suivie d'une annulation unilatérale de la dette. Pourquoi Athènes continuerait-elle à payer sa dette à des « partenaires » qui l'ont lâché ? Du coup, AfD ne manquerait pas de pointer du doigt le coût pour la contribuable allemand de la politique menée depuis 2010 par Angela Merkel et la CDU. »   
Romaric Godin   2.2.2015
http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20150202trib8cbf2dbf0/pourquoi-la-grece-est-deja-en-position-de-force.html

« La BCE a annoncé ce mercredi soir qu'elle cessait d'accepter les titres grecs comme collatéraux. Le système bancaire grec n'est désormais relié à la zone euro que par le programme d'accès à la liquidité d'urgence qui est soumis à un accord avec les créanciers d'ici au 1er mars.  ...  C'est clairement une offensive de la BCE contre le nouveau gouvernement afin qu'il revienne en arrière et accepte les conditions des créanciers. C'est un appui à la contre-offensive de Berlin qui enjoint Athènes de rentrer dans le rang de la troïka. C'est aussi une fin de non recevoir pour les propositions de Yanis Varoufakis, le ministre des Finances hellénique qui, mardi, a proposé des projets de restructuration de la dette hellénique. ...  Le calendrier est donc désormais clairement fixé : la Grèce dispose de 25 jours pour trouver un accord avec ses créanciers. Faute de quoi, il ne lui restera guère d'autres solutions que de sortir de facto de la zone euro. »
Romaric Godin   4.2.2015
http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20150204trib38e533885/grece-le-coup-de-force-de-la-bce.html


Remarque de Stéphane Lathion, du Groupe de recherche sur l'islam en Suisse, au cours du dernier "Infrarouge, sur la RTS, consacré aux derniers événements parisiens. Sa proposition: l'Islam devrait désacraliser le Coran. Vive réaction (négative) du porte-parole de la mosquée de Lausanne. Et j'ajoute ma propre proposition: désacralisons le Prophète lui-même, sans même toucher au Coran, et on aura résolu 90% des difficultés qui nuisent à la cohabitation Europe-Islam. (C'est d'ailleurs en cela que les caricature de "Charlie Hebdo" sont pertinentes... comme le prouvent les réactions extrêmement brutales des intégristes musulmans partout dans le monde.)
Bernard Antoine Rouffaer 17.1.2015


La nouvelle couverture de « Charlie Hebdo » ne passe pas.
Une instance islamique égyptienne la condamne. Donc, ça recommence.
Le message que doivent bien comprendre les journalistes et intellectuels occidentaux est bien celle-là : on ne critique pas le Prophète, on ne ne caricature pas le Prophète, on ne remet pas en doute les enseignements du Prophète, sinon... C'est une guerre idéologique.
Bernard Antoine Rouffaer           13.1.2015
« L'instance représentant l'islam auprès des autorités égyptiennes, Dar al-Ifta, a "mis en garde" mardi 13 janvier contre la publication d'un nouveau dessin représentant le prophète Mahomet dans le journal satirique français Charlie Hebdo. »

http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/charlie-hebdo-l-autorite-musulmane-egyptienne-denonce-la-nouvelle-caricature-du-prophete-7776195131


Écoles françaises, pénétration des idées islamistes.
 Un tiers des élèves de parents musulmans ont refusé de s'associer à la minute de silence décidée en l'honneur des victimes des derniers attentats de Paris. En particulier en arguant que les gens de "Charlie Hebdo" n'avaient pas à caricaturer le Prophète. Information donnée par Roland Cayrol, directeur du CETAN, pendant l'émission "C'est dans l'air", France 5, "A chacun son Charlie", 18h30. Cela donne une idée de l'importance du problème, de l'ampleur de la pénétration des idées islamistes dans la jeunesse française. Et en particulier du bassin de recrutement potentiel de la mouvance islamiste.
Bernard Antoine Rouffaer      12.1.2015


Massacre au siège de Charlie Hebdo.
12 morts (sans compter ceux du supermarché casher). Pas de protection policière efficace sur place. Deux hommes seulement ont suffit à commettre cette tuerie. C'est une honte pour les services de police français.   "Charlie Hebdo" était pourtant une cible connue, depuis des années. Des menaces de mort avaient été proférées depuis longtemps. Un événement grave, avec morts d'hommes, se produisant au siège de ce journal devait produire une commotion dans la société française. Que le ministère français de l'Intérieur n'ait pas pris les mesures nécessaires pour sécuriser l'endroit, au moins pour "durcir" la cible, afin de rendre un massacre plus lent et difficile à opérer, est scandaleux. Maintenant, nous avons le massacre, la commotion, et les répercussions sociales et politiques qui suivront. Et un grave débat sur le maintient de la liberté d'expression, soit une des formes de la "religion civique" qui maintient et légitime notre société. L'Europe va devoir réfléchir sérieusement à la forme de civilisation qu'elle désir.
Bernard Antoine Rouffaer         7 janvier 2015


« Sortie de l'euro : que sait-on de la fin des unions monétaires ? »
Christophe Blot et Francesco Saraceno   19.5.2014

Commentaire : Globalement, par rapport à la question de la fin de la zone euro, on en sait rien... L'expérience la plus proche dans le temps et la plus semblable économiquement étant l'éclatement de l'espace austro-hongrois après 1918. La complexité des situations, pays par pays, secteur économique par secteur économique, est trop grand pour autoriser une analyse acceptable des conséquences d'un implosion de la zone monétaire. « Le nombre et l'interaction de ces variables dessinent une multiplicité de scénarios qu'aucun économiste ne peut prévoir en toute bonne foi, et encore moins chiffrer.  » Les deux auteurs prévoient une cascade de recours en justice. Il affirment que l'euro étant une création politique, la sortie de l'un ou l'autre des pays intégrés sera de même une décision politique. Puisque les auteurs ont cité le sort de la zone économique austro-hongroise, je me permets de rappeler que la décision , pour chaque pays, de participer à la première guerre mondiale  facteur numéro un de l'effondrement austro-hongrois  fut aussi une décision politique...
Bernard Antoine Rouffaer              6.1.2015



POSITION PERSONNELLE SUR L'ETAT D'ISRAEL ET LA RESOLUTION DU CONFLIT ISRAELO-PALESTINIEN.

J'approuve la décision de l'ONU du 29 novembre 1947 de procéder à un partage du territoire placé sous mandat britannique situé à l'ouest du Jourdain entre un Etat juif démocratique et politiquement indépendant et un Etat arabe démocratique et politiquement indépendant, l'un et l'autre étant lié par une union économique.
(Résolution 181, votée le 29 novembre 1947, texte original)
« Résolution adoptée sur le rapport de la commission ad hoc chargée de la question palestinienne. »
--------
Je soutiens l'application du Droit des Minorités par toutes les entités créées ou à créer sur le territoire de la Palestine ex-mandataire à l'ouest du Jourdain.
--------
Vu l'évolution de la situation depuis 1947 et l'état présent des deux parties, je soutient l'Initiative de Genève visant à la création de deux Etats indépendants sur le territoire de la Palestine ex-mandataire à l'ouest du Jourdain, ainsi qu'à l'instauration d'un état de paix durable entre les protagonistes actuels.
Ce faisant, je suis la ligne tracée par la diplomatie suisse sur la question.

Signé : Bernard  Antoine ROUFFAER              15.1.2014